ACCUEIL / EDITORIAL / 7 bonnes raisons de devenir une Femme de dictateur

7 bonnes raisons de devenir une Femme de dictateur

PLANÈTE + diffuse une série documentaire consacrée aux épouses de dictateurs. Découvrez 7 bonnes raisons de devenir une « Despot Housewife » en Afrique.

 1. Percevoir la retraite de son mari décédé

Suzanne Saleh Sabet, Première dame d’Egypte (1981-2011)

Capture d’écran 2015-09-15 à 11.19.27Fille d’un médecin égyptien et d’une infirmière britannique,  Suzanne Saleh Sabet rencontre le jeune officier Hosni Moubarak à l’âge de 16 ans; le couple se marie un an plus tard. Au moment de la révolte égyptienne de Janvier-février 2011, Hosni Moubarak est âgé de 82 ans. Sa femme règne à ses côtés depuis trois décennies. En 2011, Suzanne Moubarak échappe à un procès pour suspicion de corruption en restituant 3 millions de dollars et une villa au Caire. Son époux et ses deux fils n’échappent pas à la justice. Ils sont condamnés à trois ans de prison pour le détournement de plus de 10 millions d’euros de fonds publics. Suzanne Moubarak perçoit aujourd’hui la retraite de son mari : 14 000 euros par mois versés par l’Etat Egyptien.

2. Réussir sa carrière en politique

Jewel Howard, Première dame du Libéria (1997 – 2003).

Jewel TaylorJewel en français signifie « joyau »; c’est dire à quel point Jewel Howard était prédestinée à devenir la Première dame du régime des diamants du sang. Jewel Howard rencontre Charles Taylor dans les années 80. La relation est officialisée en 1997, année de l’accession de Charles Taylor à la présidence du Libéria. En 2005, Jewel Taylor demande le divorce alors que son époux est incarcéré et jugé à la Haye pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre. La même année, elle se fait élire sénatrice du Comté de Bong, au Libéria, et manque la présidence du sénat à une voix, en 2012. L’ex-première dame ambitionne à présent de devenir Présidente du Libéria.

3. Enrichir ses proches

Leïla Trabelsi, Première dame de Tunisie (1992 à 2011).

Capture d’écran 2015-09-14 à 11.47.52Leïla Trabelsi commence sa carrière auprès de Zine el-Abidine Ben Ali en tant que secrétaire et maîtresse. En 1992, la relation est officialisée par un mariage. Le clan Trabelsi fait main basse sur les secteurs de l’automobile, du tourisme, de l’immobilier et des médias; il contrôle alors 30 à 40 % de l’économie tunisienne. La révolution tunisienne de 2010-2011 contraint le couple à quitter le pouvoir. Leïla Ben Ali et son époux prennent la fuite. Ils vivent aujourd’hui en exil dans un palais de la ville portuaire de Djeddah, en Arabie Saoudite, et sont poursuivis par la justice tunisienne dans plus de 180 affaires.

 4. Partir en exil bling-bling

Boni et Kosia Ladawa, les jumelles du Maréchal Mobutu (Zaïre, 1980 – 1997)

Capture d’écran 2015-09-14 à 12.05.46Le 2 mai 1980, le Pape Jean-Paul II effectue sa première tournée africaine. Le Zaïre est le premier pays hôte. « Papa Maréchal » (Mobutu) se marie la veille de la visite pontificale pour régulariser sa situation maritale. Il épouse Bobi Ladawa et prend pour concubine sa soeur jumelle Kosia Ladawa. A chaque déplacement, les deux first ladies voyagent avec une centaine de malles remplies d’œuvres de grands couturiers et joailliers. Depuis la destitution et le décès de Mobutu en 1997, les jumelles vivent un exil doré. La veuve Bobi Mobutu a hérité de la retraite de feu Mobutu: l’Etat congolais lui verse chaque mois 7000 euros. Les jumelles possèdent de multiples propriétés en Europe et au Maroc et continuent de vivre dans le luxe.

5. Prendre un bain moussant avec un dictateur

Marie-Reine Hassen, ex-épouse de Jean-Bedel Bokassa (Centrafrique, 1976-1978)

Capture d’écran 2015-09-14 à 11.31.14Marie-Reine Hassen est repérée par le président centrafricain Jean-Bedel Bokassa alors qu’elle n’a que 15 ans. La mère de marie-reine décide aussitôt de prendre la fuite avec sa fille. La famille Hassen est finalement retrouvée et mise en prison. Après deux années d’emprisonnement, Marie-Reine est conduite au Palais du Président Centrafricain. « L’Ogre de Bangui » fait couler un bain moussant…Marie-Reine Hassen comprend que c’est sa « personne contre la liberté de sa famille ». Elle parvient à fuir son mariage en feignant la folie. Economiste, diplomate, Marie-Reine Hassen nourrit aujourd’hui de grandes ambitions politiques. Elle est candidate à l’élection présidentielle en Centrafrique.

6. Engendrer une hydre à sept têtes

Safia Farkash, Première dame de la Libye (1971 – 2011).

Safia khadafi

Safia Farkash est infirmière. Elle soigne le jeune révolutionnaire Mouammar Kadhafi en 1971. La légende veut que la future Première dame ait été envoyée pour tuer le jeune révolutionnaire. Mais Safia Farkash tombe sous le charme de Mouammar Kadahafi. Le couple se marie l’année de leur rencontre. L’épouse de Khadafi donne naissance à sept enfants : six garçons et une fille. Depuis la mort de Mouammar Kadhafi en 2011, trois fils ont perdu la vie, deux autres sont en prison. En 2012, les nations unies ont émis à l’encontre de la veuve Kadhafi un gel des avoirs et une interdiction de voyager. Elle vit aujourd’hui à Oman sous la protection du Sultan.

7. Vivre illégalement sur le sol français

Agathe Kanziga, Première dame du Rwanda (1973 – 1994).

Capture d’écran 2015-09-15 à 09.42.19On la surnomme « Lady Genocide ». Agathe Kanziga est une fille de chef de tribu. Elle a 31 ans quand elle rencontre l’ancien séminariste Juvénal Habyarimana par l’intermédiaire de son frère. Un an plus tard, le couple se marie. La veuve de l’ex-président rwandais est souvent présentée comme l’une des têtes pensantes de l’ « Akazu », le premier cercle du pouvoir Hutu qui a planifié et mis en œuvre le génocide rwandais. En 100 jours, 800 000 Rwandais, en majorité des Tutsis, ont perdu la vie. Depuis l’attentat du 6 avril 1994 contre son mari, Agathe Habyarimana vit en exil en France, sans papier. Sa présence illégale sur le territoire est tolérée par les autorités françaises. Aucune poursuite n’a jamais été engagée par le Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR).

FLORE ONISSAH

A partir du 20 septembre sur PLANÈTE +

 Une série documentaire de 5 épisodes

 réalisée par Joël Soler

produite par DAY FOR NIGHT

et co-produite par Futurikon, Joel Soler, Geppert & Beomedija​

Check Also

Dans la peau de Robert Mugabe, le président de l’Union Africaine.

Le 28 février dernier, on aurait aimé explorer les cuisines du bien nommé hôtel 5 ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *